Le développement du thé

Publié le

Le thé s'est développé en Asie dans un premier temps, avant de finalement être importé en Europe.


Dans un premier temps, le thé devient " à la mode " sous la dynastie Tang (618-907) avant d'être finalement une boisson incontournable en Chine. À cette époque, le thé se présente en brique (c'est encore le cas aujourd'hui au Tibet.) : lorsque la brique ramollit à cause de la chaleur, on la fait rôtir jusqu’à ce qu’elle devienne tendre, puis on la réduit en poudre et on la mélange avec de l'eau bouillante. Ces briques pouvaient même servir de monnaie d'échange.

Vient ensuite l'époque de la dynastie Song (960-1279). Les thés deviennent plus raffinés, la brique laisse place aux feuilles de thé, que l'on broie sous une meule pour obtenir une poudre très fine. Le thé en vrac est né. Des récipients en céramique, larges et peu profonds, remplacent désormais les bols à thé en bois de la dynastie Tang.

Enfin, la dynastie 
Ming (1368-1644) change le mode de consommation du thé : celui-ci devient une infusion dans un récipient, contrairement au thé compressé précédemment utilisé. C'est ce type de thé qui sera ensuite importé en Europe.


En 1606, on importe donc les premiers thés à Amsterdam, aux Pays-Bas. Les Hollandais en auront le monopole jusqu'à la fin des années 1660. Le thé devient rapidement un produit convoité. Les médecins le prescrivent contre les migraines, maux d'estomac et problèmes de digestion. On ouvre les premières " maisons de thé ". Au XVIIIe siècle, le prix du thé est abordable et il devient alors une boisson nationale. Il est même plus importé que le poivre !

En France, le thé devient rapidement très populaire.

En Inde, on plante des théiers pour la première fois en 1834 et à Ceylan en 1857.


Partager ce message



← Message plus ancien


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.